Dimanche 23 janvier 2011 à 17h, un ami me conduit à la gare routière « STMB » de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, pour prendre le bus à destination de Fada N'gourma (ville où je vie). A l'appel des passagers, je monte dans le bus et 5 minutes plus tard nous roulons. Mais rapidement, je m'inquiète. On ne s'arrête pas à la gare de l'Est de Ouagadougou comme d'habitude; le soleil se couche devant moi alors qu'il devrait être derrière, partant en direction de l'est ; et les villes traversées me sont inconnues. Inquiète de mettre peut-être trompée de bus, je préfère me laisser bercer au rythme du bus en espérant me réveiller à Fada. Mais, à 20H30, le bus arrive à Ouahigouya, je me tourne vers la dame assise à côté de moi :

- « Fada c'est encore loin ?

- Mais Fada se n'est pas du tout ici, on est à Ouahigouya à l'opposé de Fada!
- Oh non!  Et maintenant comment je peux rejoindre Fada ?
- Tu dois dormir à l'hôtel et revenir prendre le prochain bus pour Ouagadougou demain à 6h15, et une fois là-bas tu reprendras un bus pour Fada N'gourma.

Vraiment, j'ai eu un instant d'inquiétude ne connaissant rien de cette ville, ni même une personne. Après avoir informé le personnel de la gare routière pour cette erreur, il m'offrir le trajet Ouahigouya - Fada N'gourma pour le lendemain. En attendant, la dame me proposa d'aller loger chez elle, et de me ramener à la gare à 6h00 le lendemain matin.

Merci à elle, Nathalie.